Championnat du Monde

CHAMPIONNAT DU MONDE PAR EQUIPES 2017

Bilan :

5 médailles : 2 en argent et 3 en bronze et les classe 11 du Sport Adapté sont champions du monde ! ce qui place la France au 5è rang des nations sur cette epreuve.

Classe 2 : Fabien Lamirault et Stéphane Molliens coaché par Benoît Froment : médaille d’argent et Vice Champion du monde

Classe 4 : Maxime Thomas et Florian Merrien coaché par Clément Gadéa : médaille d’argent et Vice Champion du monde

Classe 7 : Stéphane Messi et Kévin Dourbecker coaché par Benoît Froment : médaille de bronze

Classe 8 : Thomas Bouvais et Elias Debeyssac coaché par Vincent Aumoitte : médaille de bronze

Classe 10 : Matéo Bohéas et Benoît Grasset coaché par Jérôme Humbert : médaille de bronze

CHAMPIONNAT DU MONDE 2014

Bilan par Julien Soyer

Avec sept médailles, deux en or et cinq en bronze, l’équipe de France a tenu son rang lors des championnats du monde disputés à Pékin du 8 au 14 septembre. Bilan avec le directeur sportif de la discipline.

Des résultats prometteurs

« Nous sommes satisfaits. Bravo à Fabien Lamirault, invaincu pendant l’épreuve et à l’équipe classe 2 qui s’est imposée. J’ai apprécié l’état d’esprit des joueurs dans l’ensemble. Ils ont tout donné. Peut-être aurions-nous pu transformer une ou deux médailles de bronze en argent au moins. Mais j’aurais signé tout de suite pour un tel bilan de sept médailles (deux titres et cinq troisièmes places). Ces championnats du monde prouvent que le travail entrepris depuis Londres 2012 est cohérent. Cette évaluation intermédiaire, avant les Jeux de Rio 2016, est correcte voire bonne. Nous devons accentuer notre suivi et encore développer les liens entre le staff et le groupe France. »

Une épreuve de très haut niveau

« Les Championnats du Monde : c’est bien l’épreuve la plus relevée du ping handisport. Contrairement aux Jeux paralympiques, où chaque Continent a un quota de représentants minimum, là seuls les meilleurs sont qualifiés. Aujourd’hui, chaque pays met d’énormes moyens sur les préparations, les stages et les infrastructures. Il n’y pas plus de miracle. Tous les joueurs qui ne sont pas dans une démarche 100 % haut niveau n’ont aucune chance de rivaliser pour un podium.

De belles infrastructures mais…

« Des salles haut de gamme mais très peu de place pour le public. Du coup, c’était un peu la foire entre les aires de jeu. Par ailleurs, la nourriture n’était pas toujours à la hauteur. Surtout, c’était froid et on mangeait toujours la même chose. Cela a pesé un peu sur les organismes en fin de parcours. Ce ne peut être une excuse pour expliquer la défaite de l’équipe de France classe 5 en demi-finale contre la Chine, mais ces conditions, s’ajoutant à la fatigue logique et normale suscitée par un tel rendez-vous, ont un peu nui à la combativité de nos joueurs. Face à des Chinois, la différence était d’autant plus importante. Une autre équipe européenne aurait peut-être été dans un état général plus proche de celui des Français.

En revanche, tout était parfaitement calé : horaires, gestion des aires de jeu, protocole officiel… Il y avait un air de Jeux paralympiques, en la matière. »

12 septembre

Épreuves par équipe : deux nouvelles médailles pour les Bleus

la deuxième journée des épreuves par équipe des championnats du monde disputés à Pékin toute cette semaine a souri aux pongistes tricolores.

L’équipe Ducay/Lamirault/Molliens (classe 2 masculine) est assurée de la médaille d’argent au minimum. Les équipiers de Fabien Lamirault, sacré champion du monde en simple mercredi, joueront l’or contre La Corée samedi matin (10 h). « Cette équipe, emmenée par un Fabien Lamirault toujours aussi impérial, affiche sérénité et confiance », commente le directeur sportif, Sébastien Messager.

L’équipe féminine debout, Kamkasomphou/Barneoud (classe 6-8), s’est qualifiée pour les demi-finales et est donc déjà assurée de remporter la médaille de bronze. « Elles ont livré un grand match pour l’Ukraine, se félicite encore le DS tricolore. On espère désormais que le métal va changer. »

Le trio Merrien/Thomas/Savant-Aira, en classe 5, jouera ce samedi, sa place dans le dernier carré contre l’Argentine. Les Bleus ont battu l’Allemagne 3-0. « Ils ont fait un match incroyable, assure Sébastien Messager. Florian Merrien s’est offert Baus, récemment sacré champion du monde classe 5 en simple. » En cas de succès, la France affrontera la Chine pour une revanche des demi-finales des Jeux paralympiques de Londres.

Les filles classe 1-3 n’ont en revanche pas réussir à sortir de poule. La blessure de leur chef de file, Fanny Bertrand, forfait tout au long du par équipe, y est pour beaucoup. Le trio Grundeler/Messi/Bouvais a également buté au stade des poules. Les Français ont été battus dans un match couperet par La Belgique (0-3).

11 septembre

débuts des épreuves par équipe

Les individuels terminés, les pongistes français avaient une matinée pour se remettre de leurs émotions. A commencer par Fabien Lamirault, sacré champion du monde en classe 2. Jeudi, les épreuves par équipe ont débuté. De manière assez positive pour le clan français.

A l’exception des filles en classe 1-3, battues 0-3, toutes les autres formations engagées ont remporté leur rencontre initiale. Mention spéciale à Fabien Lamirault, Stéphane Molliens et Jean-François Ducay qui ont étrillé la Slovaquie (3-0), championne paralympique en titre.

Le trio Merrien/Thomas/Savant-Aira (classe 5) a dominé Israël (3-0). Le duo Gründeler/Messi en a fait autant en classe 7. Cette fois les victimes étaient Australiennes.

Ce Vendredi, suite et fin des matches de poule des épreuves par équipe. La tension devrait donc monter d’un cran.     

10 septembre

images_medaillsimplemonde2014

Championnats du monde de tennis de table. Un titre et cinq bronze pour la France

A l’issue des simples, les Bleus comptent un titre et cinq médailles de bronze.

Les grandes satisfactions de ce début de journée de mercredi s’appellent Fabien Lamirault (classe 2), Pascal Pereira-Leal (classe 11).

Fabien Lamirault a successivement éliminé le Coréen Cha et le Slovaque Riapos (champion du monde sortant) pour se qualifier en finale. Mené deux manches à rien par le Cornée Kim, le Francilien a trouvé les ressources pour inverser la tendance et s’offre l’or mondial. Deux ans seulement après décroché le bronze aux Jeux paralympiques de Londres.« C’est une joie si intense. A l’image de ma finale, je n’ai jamais douté durant ce tournoi, explique le nouveau champion du monde tricolore. Mon était bien en place et à la fin de la deuxième manche de la finale, je sentais que j’avais trouvé les stratégies pour le renverser. »

Il a été imité par Pascal Pereira-Leal, tombeur du Russe Gayfullin en quart puis du Belge Van Acker en demi. Lui aussi est allé au bout du chemin en venant à bout d’un Coréen, Son. « Il y a mis la manière », se réjouit Sébastien Messager, le directeur sportif tricolore.

– Cinq médailles de bronze pour les Bleus –

La vice-championne paralympique classe 8 a trébuché à la belle contre la Norvégienne Dahlen. C’est sans doute un petit regret pour le clan tricolore. Anne Barneoud, elle, a subi la loi de la Hollandaise Von Zon, tête de série 1 de l’épreuve. « Thu n’a pas réussi à sortir de la spirale négative dans laquelle son adversaire, euphorique, l’a plongée, analyse Messager. Anne, elle, avait déjà battu cette joueuse hollandaise cette saison. C’est dommage. » Enfin, Isabelle Lafaye a cédé contre la Coréenne Seo 1-3.

Florian Merrien aussi devra se contenter du bronze. Tombeur du Coréen Kim en quart, il a cédé contre l’Allemand Schmidberger, une référence dans la classe 3, au stade des demi-finales (1-3). « Il a livré un match si plein que c’est dommage. CE titre aurait vraiment été beau… »

Son compère de toujours en bleu, Maxime Thomas a également vu sa route s’arrêter en demi. Le joueur de Charcot a éliminé en quart le Coréen Kim Jung avant de perdre contre un autre Coréen, Choi, l’un des deux meilleurs joueurs de la planète (9-11 à la belle). Thomas, qui menait deux manches à rien, a livré un vrai combat qu’il a perdu en s’inclinant aux avantages des trois derniers actes. « Quel match. C’est d’autant plus regrettable qu’en finale Maxime Thomas avait un vrai coup à jouer. »

En revanche pas de médaille pour Fanny Bertrand en classe 3. La Française s’est inclinée en quart de finale contre la Suédoise Ahlquist (tête de série 1) 1-3. Idem pour Jean-François Ducay (classe 1 homme), défait par le Coréen Lee en trois sets secs.

« Avec un titre et cinq médailles de bronze, nous sommes assez satisfaits, se réjouit Sébastien Messager. Maintenant, il faut confirmer par équipe et surtout ne pas oublier qu’il reste du travail d’ici les Jeux paralympiques de Rio 2016. »

Les résultats de mercredi.

Féminine. Classe 1-2 : Demi-finales : Lafaye – Seo (Cor) : 1-3 (12-10, 9-11, 10-12, 5-11).

Classe 3 F. Quart : Ahlquist (Sue, TS1) – Bertrand : 3-1 (11-4, 12-10, 9-11, 11-4).

Classe 7 F. ½ : Barneoud – Van Zon (Hol, TS1) : 1-3 (6-11, 4-11, 11-6, 10-12).

Classe 8 F. Kamkasomphou (TS1) – Dahlen (Nor) : 2-3 (12-10, 7-11, 11-4, 8-11, 6-11).

Classe 1 M. Quart : Lee (Cor) – Ducay : 3-0 (11-9, 11-7, 11-5).

Classe 2 M. Quart : Cha (cor) – Lamirault (TS2) : 0-3 (6-11, 9-11, 4-11). ½ : Lamirault – Riapos (Svk) : 3-0 (11-8, 12-10, 11-8). Finale : Lamirault – Kim : 3-2 (5-11, 9-11, 11-8, 11-7, 11-6).

Classe 3 M. Quart : Merrien – Kim : 3-0 (13-11, 11-7, 11-4). ½ : Merrien – Schmidberger (All) : 1-3 (13-15, 11-5, 6-11, 10-12).

Classe 4 M.  Quart : Thomas – Kim : 3-1 (5-11, 11-9, 11-9, 11-9). ½ : Thomas – Choi (Cor) : 2-3 (11-9, 12-10, 11-13, 11-13, 9-11).

Classe 11 M. Quart : Pereira-Leal – Gayfullin (Rus) : 3-0 (11-2, 11-7, 11-4). ½ : Pereira-Leal – Van Acker (Bel) : 3-1 (11-6, 14-12, 16-18, 11-8). Finale : Pereira-Leal – Son (Cor) : 3-2 (11-9, 7-11, 10-12, 11-6, 11-7).

9 septembre

Championnats du monde : pour les Bleus c’est du 50-50

Au terme de la deuxième journée des championnats du monde de tennis de table, disputés à Pékin du 8 au 15 septembre, huit des seize Tricolores sont encore en lice en simple.

La tension est encore montée d’un cran ce mardi à Pékin, théâtre des championnats du monde de tennis de table. Après les premiers matches de poule, la majorité des Français disputaient des rencontres décisives pour leur avenir dans l’épreuve individuelle. « Nous avons pu apprécier à quel point les nations fortes sont prêtes, estime Sébastien Messager, le directeur sportif de la discipline à la Fédération Française Handisport (FFH).

A l’issue de cette journée, huit Bleus sur seize sont encore en lice. « IL n’y a rien à dire, il s’agit vraiment de la meilleure épreuve du monde, commente Sébastien Messager, le directeur sportif des bleus. Le niveau est plus relevé et plus homogène encore que lors des derniers championnats du monde. »

Sept d’entre eux sont en fauteuil. La seule rescapée du clan des debout s’appelle Thu Kamkasomphou, vice-championne paralympique classe 8 et en demi-finale (ce mercredi). Elle a été imitée par Anne Barneoud, 2e de sa poule et opposée à la tête de série 1, Van Zon (Hol), pour une place en finale.

Isabelle Lafaye (classe 1-2) aussi s’est qualifiée pour les demi-finales au bénéfice de sa victoire en quart de finale contre la Polonaise Buclaw (3-1). Dans cette même classe et au même stade de l’épreuve, Florence Gossiaux-Sireau n’a, en revanche, rien pu faire contre l’Italienne Podda (0-3).

La France va ensuite livrer un duel tout particulier à la Corée. Quatre quarts de finale vont voir un Français en découdre contre un Coréen. Actuellement, les deux nations sont à 1-1 puisque Bastien Grundeler (classe 6), vainqueur en 8e de finale d’Alecci (Ita), a cédé avec les honneurs contre Park (1-3). Mais Florian Merrien (classe 3) a battu Jeyoung en 8e. Il défiera Kim ce mercredi en quart. Jean-François Ducay (cl 1), Fabien Lamirault (cla 2) et Maxime Thomas (cl.4) seront, eux, respectivement opposés à Lee, Cha et Kim pour une place dans le dernier carré. « Ous espérons maintenant déclencher des médailles pour lancer une dynamique positive. »

Au rang des regrets, les revers en 8e de finale de Cédrik Cabestany (cl 9) contre le Chinois Zhao. « Il cède à la belle après avoir tout donné et livré une superbe partie », analyse le référent français. Stéphane Messi (cl 7) doit encore se demander comment il a pu laisser échapper sa qualification pour les quarts de finale. Il menait en effet deux manches à rien et comptait une balle de match contre le Tchèque Horut… Avant de s’effondrer et de perdre 9-11 à la belle.

Moins de regret, en revanche, pour Thomas Bouvais (cl 8). « Nous avions fondé beaucoup d’espoirs sur lui mais il a connu une année délicate. En raison de ses blessures et de son opération, il n’a vraiment pu commencer sa préparation qu’au mois de juin. » Un déficit non compensé contre le Slovaque Cesjtey, en 8e de finale. Nicolas Savant-Aira (cl 5) pouvait espérer un meilleur tirage… Il a en effet perdu avec les honneurs en 8e contre le Norvégien Urhaug, multiple champion du monde et vice-champion paralympique.

A noter aussi le très bon comportement de Pascal Pereira-Leal (déficient mental). Médaillé de bronze aux Jeux Paralympiques de Londres, il a terminé premier de sa poule et jouera sa place dans le dernier carré ce mercredi. C’est en revanche terminé pour sa compatriote (Classe 11 aussi), Magali Rousset, éliminée en quart par la Polonaise Nowacka.

Les phases finales des Français. Classe 1-2 F. Quarts de finale : Gossiaux-Sireau – Podda (Ita) : 0-3 ; Lafaye – Buclaw (Pol) : 3-1. Demi-finales : Lafaye – Seo (Cor) : mercredi à 11 h 30 (heure française).

Classe 3 F. 8e de finale : Bertrand – Head (Ang) : 3-2. Quart : Ahlquist (Sue, TS1) – Bertrand : mercredi à 10 h 10.

Classe 7F. ½ : Barneoud – Van Zon (Hol, TS1) : mercredi à 14 h.

Classe 8 F. Quart : Kamkasomphou exmpt. ½ : Kamkasomphou (TS1) – Dahlen (Nor) : mercredi à 11 h 30.

Classe 11F. Quart : Rousset – Nowacka (Pol) : 0-3.

Classe 1 M. 8e : Ducay exempt. Quart : Lee (Cor) – Ducay : mercredi à 10 h 50.

Classe 2 M. 8e : Lamirault exempt. Quart : Cha (cor) – Lamirault (TS2) : mercredi à 10 h 50.

Classe 3 M. 8e : Merrien – Jeyoung : 3-1. Quart : Merrien – Kim : mercredi à 9 h 30.

Classe 4 M. 8e : Thomas exempt. Quart : Thomas – Kim : mercredi à 9 h 30.

Classe 5 M. 8e : Savant-Aira – Uhraug (Nor) : 1-3.

Classe 6 M. 8e : Grundeler – Alecci (Ita) : 3-1. Quart : Grundeler – Park : 1-3.

Classe 7 M. 8e : Horut (Tch) – Messi : 3-2.    

Classe 8 M. 8e : Bouvais – Csejtey (Svk) : 1-3.

Classe 9 M. 8e : Cabestany – Zhao : 2-3.

Classe 11M. 8e : Pereira Léal exempt. Quart : Pereira-Léal – Gayfullin (Rus) : mercredi à 9 h 30.

Vous trouverez ci-dessous les critères de sélection pour l’équipe de France :

Critères Monde 2014
Documentation ittf ptt
Avenant des critères 2014 (NEW)